« Netvibes annonce une levée de fonds ! | Accueil | Un MUST to have »

La France dans le Top 5 mondial des fusions-acquisitions [ 27/03/06 ]

Mittal-Arcelor, GDF-Suez, Bayer-Schering : les grandes manoeuvres sont de retour, et les banquiers d'affaires se frottent les mains. Après une année 2005 record, 2006 se profile comme encore plus exceptionnel pour les fusions-acquisitions. Sur les trois premiers mois de l'année, le montant des opérations annoncées dans le monde a grimpé de 44 % par rapport au premier trimestre 2005, selon des données préliminaires de Thomson Financial. A 881,4 milliards de dollars (en valeur d'entreprise), ce début d'année gagne 5 % sur le dernier trimestre 2005. Il se classe au quatrième rang des trimestres les plus actifs enregistrés par Thomson Financial depuis 1962.

Trustant 8 des 10 premières opérations en valeur (en comptabilisant Mittal comme un groupe néerlandais), l'Europe a mené la danse sur la période avec un doublement des transactions. Elles se sont élevées à 386 milliards de dollars au 23 mars, avant l'abandon de l'offre d'Aviva sur Prudential et de celle de Merck sur Schering, deux offres totalisant 45 milliards de dollars qui n'ont pas tenu une semaine. Les chiffres de Thomson incluent cependant l'offre de Bayer sur Schering.
Honoraires en hausse
Ce début d'année se classe ainsi au deuxième rang des trimestres les plus actifs de ce côté-ci de l'Atlantique, juste derrière la fin de l'année 1999, qui avait vu la fusion Vodafone-Mannesmann. Les mariages entre sociétés européennes (156,3 milliards de dollars) ont atteint leur plus haut sommet depuis 2000, le dernier trimestre 1999 demeurant un record à battre (312 milliards). Les « acquéreurs stratégiques » (hors financiers et fonds d'investissement) n'ont jamais été aussi présents avec 347,8 milliards de dollars d'opérations, plus de deux fois et demie qu'au premier trimestre 2005, souligne Thomson Financial. Au niveau mondial, la première fusion-acquisition du trimestre est américaine - il s'agit de l'OPA de 89,4 milliards de dollars d'ATT sur Bell South -, mais la deuxième est germano-espagnole (le raid à 56,7 milliards de dollars d'E.ON sur Endesa), et la troisième franco-française (Suez-Gaz de France pour 44,8 milliards d'euros).

Grâce à ces rapprochements, l'Espagne et l'Hexagone se sont hissés respectivement au troisième et au quatrième rang mondial des fusions-acquisitions, en totalisant 69,2 milliards et 64,2 milliards de dollars. Les Etats-Unis occupent la première place loin devant (316 milliards), mais leur croissance par rapport au premier trimestre 2004 (+ 14 %) paraît presque poussive. L'Espagne a presque sextuplé les montants de transactions, et la France les a multipliés par 2,8 fois.

Cette effervescence a fait grimper de 14 % les honoraires des banques d'affaires sur le trimestre, à 7,7 milliards de dollars.

(source Les Echos du 23 mars 2006) L. F.

Posted on mars 27, 2006 | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
https://www.typepad.com/services/trackback/6a00d83425195253ef00d8355eb51c69e2

Listed below are links to weblogs that reference La France dans le Top 5 mondial des fusions-acquisitions [ 27/03/06 ] :

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.